Cinécolo

My sweet sweet dream

En salle depuis mercredi 24 janvier en France, le documentaire australien Sugarland dénonce les méfaits des sucres cachés dans notre alimentation… À consommer sans modération.

Bienvenue à Sugarland

« Aujourd’hui, le sucre est tellement répandu dans notre société, que si on retirait des étagères d’un supermarché tous les produits qui en contiennent, il n’en resterait que 20 %. »

L’australien Damon Gameau n’a pas fait les choses à moitié dans son premier film Sugarland, sorti la semaine dernière en France. Sur le même principe que le documentaire devenu culte Supersize Me, le réalisateur s’est pris comme cobaye de sa propre expérience : consommer durant 2 mois (sous surveillance médicale) 40 cuillères à café de sucre par jour, l’équivalent de la dose moyenne de sucre ingérée par un adolescent australien. Rien de plus facile : ne consommer que des produits quotidiens de l’agro-alimentaire souvent estampillés « équilibrés » : plats cuisinés, sodas allégés, céréales, yaourts…
C’est à ce moment-là que je te vois froncer les sourcils, cher lecteur : comment des produits labellisés « sains » peuvent-ils être mauvais pour la santé ? C’est bien sûr là que le bât blesse : « quand il y a moins de graisse, on rajoute du sucre. Le sucre, ça fait de l’insuline. Et l’insuline, ça fait de la graisse… ». CQFD.

Cachez ce sucre que je ne saurais voir

sugarland
© Tanzi / L’atelier d’images

C’est donc ici que toi, lecteur, après avoir froncé les sourcils, tu te mets à trembler. Et il y a de quoi : l’on apprend par exemple qu’un velouté de légumes contient 3 cuillères à café de sucre, 7 dans les pétales de maïs ou encore dans les tranches de jambon. Même un smoothie « all natural », made in USA vaut 37 cuillères ! Les chiffres sont vertigineux et les résultats ne se font pas attendre : en deux mois, Damon Gameau prendra 8,5 kg et 10 cm de tour de taille. Les conséquences physiologiques sont nombreuses : foie saturé,  peau brouillonne, variations d’humeur dues aux pics et aux chutes de glycémie…
À travers une mise en scène alternant expérience personnelle (souvent comique, destinée à un public jeune) et contextualisation économique, sociale et scientifique didactique, Gameau réussi le pari de dénoncer un véritable scandale sanitaire.

Un défi civilisationnel majeur

Cette quantité énorme de sucre caché, qui provoque bien souvent une addiction comparable à celle de la nicotine, est très mal assimilée par le corps humain. En effet, à l’époque des chasseurs-cueilleurs, notre cerveau était programmé (et l’est toujours) pour sécréter de la dopamine lorsqu’il trouvait un peu de sucre à travers les fruits : cela lui permettait d’obtenir une dose d’énergie rapide. Aujourd’hui, le sucre raffiné est partout et le corps humain n’est pas préparé à ce changement majeur.

Les études scientifiques, très souvent financées par les industriels eux-mêmes aux États-Unis, ont depuis toujours déplacé le problème en diabolisant les graisses dans les produits industriels… sans évoquer les conséquences dramatiques de l’excès de sucre. Sachant que l’industrie du sucre rapporte 50 milliards de dollars par an, on comprend mieux pourquoi…

Damon Gameau, à travers ce documentaire, pointe avec humour et pertinence un phénomène inscrit dans notre époque de l’instantanéité et du plaisir immédiat et rapide. Le sucre en est-il un de ses multiples avatars ?


sugarland_poster

♦ Herbes curieuses
Sugarland (Australie)
Damon Gameau
Tanzi / L’atelier d’images – 2017

En salles le 24 janvier 2018
1h30

Pour aller + loin :
→ La bande-annonce du documentaire.
→ L’émission Cash Investigation s’était déjà intéressée à l’industrie du sucre en 2012 : à revoir de toute urgence ! Par ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s